Ecran LED, OLED… Que choisir ?

Chaque année apporte son lot de nouveautés, notamment lors du salon de l’électronique de Las Vegas (CES) qui se tient chaque année aux États-unis. Lors de ce dernier, les constructeurs redoublent d’efforts et d’ingéniosité pour nous dévoiler de nouvelles technologies toujours plus exceptionnelles les unes que les autres. Il y a quelques années de cela les écrans LED ont fait leur apparition sur le marché, rapidement suivis par l’OLED.

 

Mais que veulent donc dire ces abréviations et quelles sont les différences entre les deux ? Réponse dans cet article.

 

Les écrans LED : c’est quoi au juste ?

 

Acronyme de Light-Emitting Diode (en anglais), ce type d’écrans propose de remplacer les classiques tubes de lumières dont sont équipés les téléviseurs LCD par de très petites diodes placées derrières les pixels de l’écran. Ces diodes de couleur blanche servent de « backlight » ou rétro-éclairage aux pixels de l’écran (pour rappel, chaque pixel est en réalité constitué de trois sous-pixels (bleu, vert et rouge).

 

Ici, les cellules à cristaux liquides qui constituent les couleurs de l’image sont toujours présentes (comme sur les LCD). Les téléviseurs LED ne sont donc pas vraiment une catégorie à part, mais plutôt une sous-catégorie ou une variante des écrans LCD.

 

Et au sein de la technologie LED, il y a deux écoles :

 

  • Les Edge-LED :
  • Le principe de ces derniers est de disposer les diodes uniquement sur les bords de l’écran (d’où l’appellation « edge ») et d’utiliser une surface réfléchissante pour éclairer uniformément l’écran. Ce procédé est loin d’être le meilleur lorsqu’il s’agit d’avoir une image net et bien contrastée. La faute à une mauvaise répartition de la lumière notamment au centre de l’écran. À titre d’information, il ne faut qu’une centaine de diodes pour réaliser ce type de rétroéclairage.
  • Direct-LED ou Full-LED :
  • Bien plus coûteux à produire, ce type d’écrans a la particularité d’avoir bien plus de diodes blanches (environ un millier) qui recouvrent ainsi la totalité de l’arrière de la dalle. Cela permet d’avoir un rendu bien plus homogène et réaliste notamment grâce à la meilleure gestion du rétroéclairage et du contraste (les noirs sont profonds et les zones éclairées ne sont pas fades).

 

Autant de distinctions auxquelles il faut prêter attention avant de faire son achat plutôt que de sauter sur le premier écran où la mention « Light-Emitting Diode » est faite. En effet, les constructeurs n’hésitent pas à en faire un véritable atout marketing sans pour autant informer le grand public de toutes ses nuances et ses subtilités.

 

OLED quésaco ?

 

Bien que leur appellation soit assez similaire, les écrans OLED ne sont pas des écrans LED et encore moins des écrans LCD.

 

En effet, ici il n’est plus question de dalle à cristaux liquides. Cela met en avant l’un des avantages de l’OLED : l’épaisseur ultra-fine des écrans (de l’ordre du millimètre) ! Mais ce n’est pas le seul avantage de cette nouvelle technologie.

 

Le second attrait de ce type d’écrans est sa composition interne. Le concept de la diode est poussé encore plus loin. Comme expliqué plus haut, chaque pixel de l’écran est constitué de 3 sous-pixels. Le principe est alors de doter chaque sous-pixel d’une diode RVB (soit rouge, soit bleue soit verte). De ce fait, chaque sous-pixel produit sa propre lumière sans avoir recours au rétro-éclairage. En résulte un ajustement des couleurs bien plus précis, une homogénéité exemplaire et un contraste à couper le souffle. Les noirs sont extrêmement profonds, les couleurs saisissantes et le rendu exceptionnellement précis.

 

Enfin, ces écrans sont très réactifs et proposent un temps de réponse qui passe parfois sous la barre des 0.1 ms.

 

Contraste, temps de réponse bas, angle de vision large, superbe colorimétrie et basse consommation en font une solution parfaite.

 

Lequel est le meilleur ?

 

Chaque type d’écrans présenté ici possède des avantages et des inconvénients.

 

Les écrans LED (décliné en plusieurs versions) sont décrits comme étant économiques. Cela est vrai, mais à condition de laisser activées certaines options susceptibles de dégrader la qualité et le rendu de l’image à travers un contraste et une intensité de la luminosité moindres. En désactivant ces options afin d’avoir une image plus correcte, la consommation redevient gourmande et on se retrouve au même niveau qu’un écran LCD. De plus, la profondeur du noir n’est pas optimale. Les fuites de lumières au niveau des zones sombres en sont la cause.

 

L’OLED semble alors être la solution idéale. C’est en tout cas en bonne voie pour le devenir. Mais, comme toute nouvelle technologie, le coût de production de ce genre de téléviseur est extrêmement élevé. Cela est principalement dû au nombre de diodes RVB qui composent l’écran (de 5 à 7 millions de diodes en fonction du constructeur). Cela se répercute évidemment sur le prix des téléviseurs qui sont loin d’être abordables pour toutes les bourses.

 

Au final

 

Choisir un type d’écran va donc essentiellement dépendre de vos besoins et de vos attentes. Les différents écrans LCD-LED ont chacun des avantages et des inconvénients. La solution idéale et complète est évidemment la technologie OLED, mais cette dernière est relativement coûteuse.